haiemontautseptembre
sureauhieble
sureauhieble
panneaufrene

Des nouvelles de la haie brise crue de Montaut

samedi 1 janvier 2011
... et du sentier botanique

Les jeunes plants se portent bien


La haie brise crue de Montaut, plantation pilote du programme de prévention des inondations, a été mise en place l'hiver 2008-2009, sur la base des conseils techniques du bureau d'études BIOTEC, et de l'association Arbres et Paysages d'Autan (conseils de plantations pour les haies champêtres en Haute Garonne).

En pratique, les arbres, arbustes et arbrisseaux choisis sont des jeunes plants (1 an à la plantation), d'espèces locales, adaptés au sol, au climat et aux maladies.

Pour leur assurer une bonne pousse, ils ont été paillés avec des copeaux de bois, disposés en couche épaisse à leur pied. Cette technique, simple, écologique et économique puisqu'elle utilise des déchets de bois peu valorisables, permet de maintenir le sol bien humide au niveau des racines, et d'éviter que les jeunes plants soient trop envahis par les herbes les premières années.

Enfin, la gourmandise des chevreuils et autres lapins n'a pas été oubliée, et la jeune haie a été protégée avec des manchons à gibier en plastique pour que ses tendres bourgeons et nouveaux rameaux ne soient pas croqués. Ces manchons seront retirés et recyclés après trois ans de croissance, ils ne seront alors plus nécessaires.

Tout a donc été mis en œuvre pour que la haie se développe au mieux, sans qu'il y ait besoin de trop intervenir. En cela, la réalisation est un succès.

Très peu de plants n'ont pas repris, et relèvent de la mortalité naturelle que l'on observe sur une plantation de haie champêtre. Malgré la sècheresse de la fin de l'été 2009, la haie n'a pas eu besoin d'être arrosée, et les quelques plants qui ont pu avoir un "coup de chaud" se remettront sans problème. De plus, même si certaines plantes ont poussé au travers des copeaux de bois, elles n'ont pas envahi la haie au point de devoir faire un désherbage manuel, et comme ce sont des plantes gélives, le froid hivernal se chargera tout seul de ce travail.

Zoom sur le sureau hièble (Sambucus ebulus) :

plante herbacée toxique, il ne faut pas la confondre avec le sureau noir qui fait partie des essences plantées dans la haie. Leurs feuilles, fleurs et fruits sont très semblables, mais il existe un moyen infaillible de les différencier : le sureau hièble ne produit pas de bois, donc pas de branches ou de tronc comme le sureau noir. Très envahissant surtout à proximité des fossés où il cherche la fraicheur, sa tige disparait complètement avec l'arrivée des gelées. Ses fruits noir et juteux sont appréciés des oiseaux, mais toxiques pour les mammifères.

La haie continue d'être surveillée pour s'assurer de son état de santé, mais il est important de se rappeler qu'il ne s'agit pas d'une haie jardinée : la haie brise crue doit rester une haie champêtre, sauvage, et qui fait place à la diversité des plantes qui la composent.

Partagez vos remarques et interrogations sur cette première haie brise crue en nous envoyant un courriel.

Le sentier botanique a subi des dégradations volontaires


Le sentier botanique, réalisé par les élèves de l'école primaire de Saint Sulpice, a malheureusement subi des dégradations volontaires au début de l'été, juste après son inauguration. Des panneaux ont été cassés et des piquets ont été arrachés. Une plainte a été déposée à la gendarmerie.

Les piquets ont été remis en place, et les panneaux cassés ont été en partie réparés, en attendant d'être remplacés par de nouveaux.