L'agroforesterie s'adapte aux pratiques agricoles modernes (photo ©AGROOF)
L'agroforesterie s'adapte aux pratiques agricoles modernes (photo ©AGROOF)
Le compte rendu complet de la soirée
Le compte rendu complet de la soirée

Soirée débat Agroforesterie : compte rendu

mercredi 25 septembre 2013

Que peut-on attendre de l’Agroforesterie, pratique encouragée jusqu’au niveau européen ? Afin de faire découvrir l'agroforesterie, ses applications, des exemples de réalisations et les aides techniques et financières disponibles pour intégrer un projet agroforestier dans une exploitation agricole, le SMIVAL et l’association Arbres et Paysage d’Autan, opérateur technique spécialisé en la matière, ont organisé une soirée débat le mercredi 2 octobre dernier à Saint Sulpice sur Lèze.

« Notre vallée de la Lèze, belle comme un dessin d’enfant, mérite que l’on s’intéresse à ses paysages, notamment à travers l’agroforesterie qui redonne une place aux arbres dans les champs » ainsi Colette SUZANNE, Présidente du SMIVAL et Maire de Saint Sulpice sur Lèze, accueillait-elle la trentaine de participants à une soirée débat autour de l’agroforesterie organisée avec l’association Arbres et Paysages d’Autan.

Après la projection d’un reportage réalisé par le bureau d’étude AGROOF sur cette technique avec force témoignages d’agriculteurs conquis, Alexandra DÉSIRÉE, technicienne de l’association, a présenté les principaux enjeux liés à l’agroforesterie. Cette pratique agricole traditionnelle a en effet été revisitée pour répondre aux exigences et aux contraintes de l’agriculture moderne. Elle consiste sur une même parcelle à mélanger à la fois une production de bois en plantant des arbres, et une production agricole, culture ou élevage.

Cela permet de diversifier les revenus : bois de chauffage, copeaux de paillage (BRF), bois d’œuvre, fourrage et fruits pour les animaux. Avec un projet bien conduit dès le départ, les rendements des cultures restent inchangés les premières années et encore rentables jusqu’à la récolte des arbres. La concurrence avec les cultures est maitrisée par la faible densité de plantation (généralement 50 arbres par hectare) et une conduite appropriée des arbres les premières années qui vont être forcés à plonger leurs racines profondément dans le sol, sous les racines de la culture.

L’installation de parcelles agroforestières peut faire l’objet de subventions européennes, régionales et départementales. Les agriculteurs intéressés peuvent être accompagnés dans l’élaboration de leur projet et la constitution du dossier de demande d’aide. Ils peuvent pour cela contacter l’association Arbres et Paysages d’Autan ou leur conseiller agricole.

En conclusion Colette SUZANNE rappelait que l’agroforesterie est une technique supplémentaire pour favoriser la rétention de l’eau sur le bassin versant, réduire les coulées de boues et limiter les inondations, et souhaitait que les arbres reprennent pied sur les coteaux pour que la vallée retrouve son identité.

Pour aller plus loin et visiter une parcelle agroforestière, l'association Arbres et Paysages d'Autan organise une après midi technique et d'échanges à Montesquieu Volvestre mardi 15 octobre 2013. Après un moment d'échanges en salle, les participants visiteront la première parcelle agroforestière en Haute-Garonne accompagnée par Arbres et Paysages d'Autan (subventionnée dans le cadre de la mesure 222).
Inscription souhaitée par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou au 05 34 66 42 13

Au programme :

13h30 : Accueil des participants (salle de la mairie)
14h00 : Introduction par les partenaires
14h15 : Présentation de l'agroforesterie et illustrations par différents cas concrets
15h30 : Visite d'une parcelle agroforestière et témoignages d'agriculteurs.